Biographie

Michel Cardin

Originaire de Montréal et habitant depuis 1980 au Nouveau-Brunswick, Michel Cardin a acquis une reconnaissance internationale comme enseignant, interprète, musicologue et producteur. Professeur Titulaire de guitare et de luth au Département de musique de l’Université de Moncton, qui lui a octroyé en 1992 une équivalence en statut de PhD, il a enregistré entre autres 13 disques compacts consacrés au plus grand maître de cet instrument, Silvius Léopold Weiss, ceci comprenant de nombreuses premières discographiques pour luth solo et duos avec flûte. Michel Cardin a donné des concerts, des conférences et des masterclasses dans les deux Amériques, en Europe, au Japon et en Afrique. Il est depuis 2009 membre du duo baroque La Tour avec Tim Blackmore, clavecin et flûte à bec. Ils donnent régulièrement des concerts au Canada, aux USA et en Europe et ont fait trois disques.

Le critique d’un quotidien de Tunis a écrit « Michel Cardin nous a donné une soirée d’un haut intérêt artistique et culturel, proposant des pages d’un extrême raffinement par des compositeurs allemands, français et anglais pour le luth baroque. Tout-à-fait bienvenues et très appréciées ont été la manière dont M.Cardin nous a présenté l’instrument et la façon d’interpréter ces œuvres qu’il affectionne profondément. Ce concert fut l’occasion d’admirer sa virtuosité remplie de délicatesse, presque même de caresses, avec laquelle l’artiste pinçait les cordes. En vérité, je pense que ceux présents étaient peu préparés à l’écoute du répertoire proposé, et nous éprouvons beaucoup de gratitude pour son message de découverte qui constitue un précieux enrichissement de notre patrimoine culturel. Nos applaudissements en sont déjà un témoignage éloquent. » Daniele Passalacqua, « Il Corriere di Tunisi » Corriere Euromediterraneo – N° 51,5 Novembre 2008

Premier prix du Conservatoire de Montréal à l’unanimité (guitare, contrepoint), il y a aussi obtenu des diplômes en harmonie et en solfège. Il a étudié l’interprétation avec un nombre impressionnant de professeurs : Stephen Fentok, Alexandre Lagoya, Alirio Diaz, Alberto Ponce, John Mills, Oscar Ghiglia pour la guitare; et pour le luth et le théorbe : Toyohiko Satoh, Patrick O’Brien, Nigel North, Robert Barto, Jakob Lindberg, ainsi que William Christie au Conservatoire de Paris. Michel Cardin s’est produit en soliste au luth avec Symphony Nova Scotia et en continuo au théorbe avec les chefs réputés William Christie, Andrew Parrott et Christian Mendoze, ainsi que les ensembles canadiens Musica Divina, Réjouissance, Les Idées Heureuses et le Chœur Louisbourg, en plus de fonder l’Ensemble Baroque Montéclair à Moncton en 1990.

Tout en ayant fait des concerts pour la radio et la télévision nationales (“Les Beaux Dimanches”, etc.), il a été sollicité pour les événements importants de sa région : concerts pour le Bicentenaire du Nouveau-Brunswick, le Congrès Mondial Acadien et le Sommet de la Francophonie, prestations dans le cadre des galas Éloizes et East Coast Music Awards. Il a obtenu une quinzaine de nominations, dont à l’ADISQ, et six prix à des manifestations de ce genre, en plus d’être mentionné aux Disques de la semaine et aux Achats de l’année à Radio-Canada FM. L’émission de CBC Sound Advice leur a accordé un “5 étoiles sur 5” et la revue montréalaise Voir attribuait la deuxième place au Manuscrit de Londres,Vol.1 dans son palmarès international des dix meilleurs albums classiques (solistes & orchestres) de l’année 1994. Il a notamment remporté le prix OPUS 1998 pour l’album de l’année, décerné par le Conseil québécois de la musique (Vol.5), le prix Geocities Vienna 2000 for Outstanding Artistic Merit for the New Millenium (USA), le prix Éloize 2001 pour l’artiste s’étant le plus illustré à l’extérieur de l’Acadie, puis le même en 2010, deux prix Étoiles (artiste et album classiques de l’année) et le Prix d’Excellence en Musique du Gouvernement du Nouveau-Brunswick. Ses disques sont parmi les plus diffusés aux réseaux FM canadiens et font l’objet d’émissions spéciales dans divers pays, comme en Allemagne en 2009 où l’on a dit : « Si on comparait les disques-Weiss de Cardin aux autres, on pourrait dire que c’est comme si on comparait un grand cru à du diesel pour clochards. » (tel que rapporté sur http://www.tamino-klassikforum.at/thread.php?threadid=9776)

Ses CD ont reçu également des récompenses (4 étoiles) dans les revues internationales (Fanfare, Diapason, Le Monde de la Musique, Goldberg, etc.). La prestigieuse revue britannique Early Music débutait en août 2009 une critique de l’intégrale Cardin/Weiss par ces mots : « Nous avons souvent commenté des séries d’enregistrements consacrées à Weiss, mais n’avions pas encore parlé de la plus remarquable de toutes, celle de Michel Cardin. ». Le magazine Classical Guitar clama quant à lui en 2005 : « Levons notre verre à ce prince du luth du 21e siècle, Michel Cardin. »

Michel Cardin s’est également fait remarquer en musique contemporaine. En effet, tout en étant lui-même compositeur à ses heures (pièces diverses, musiques de film, etc.), il a endisqué une des oeuvres canadiennes écrites pour lui (album de l’ACCA-Association Canadienne des Compositeurs de l’Atlantique), et a présenté en première des œuvres pour luth baroque qui lui sont destinées (Alain Weber, Sylvaine Martin). Il a en outre joué dans Le Marteau sans maître en 1991 au Scotia Festival sous la direction de Pierre Boulez. Michel Cardin est aussi réalisateur et producteur de disques pour des artistes acadiens et québécois. Il a en outre publié plusieurs articles musicologiques dans des revues européennes, américaines et asiatiques (en six langues jusqu’à maintenant) et a publié un Oratorio de Marc-Antoine Charpentier et des solos et duos de Weiss en recomposant les parties de flûte perdues. Médaillé d’argent de la Royal Society of the Arts, il a également été membre des jurys des Conseils des Arts du Canada et du Nouveau-Brunswick, du Gala des Prix Opus du Conseil québécois de la Musique, et du Fonds québécois de la recherche et de la culture.